bien être au naturel

l'office de tourisme de Montbrun les bains presente
la journée Bien être au naturel

Jardin sec

Jardin sec

Pourquoi un jardin sec ? Les perspectives météorologiques pour 2050 augurent une augmentation continue des températures et une modification sensible des pluviométries. Une baisse ou une répartition des pluies plus fractionnée sur l’année donneraient des périodes de sécheresse bien marquées. Notre région de Haute-Provence, et plus généralement toute la zone méditerranéenne, s’accoutument depuis des générations d’un climat et de sols secs.

Pourquoi un jardin sec ?

Les perspectives météorologiques pour 2050 augurent une augmentation continue des températures et une modification sensible des pluviométries. Une baisse ou une répartition des pluies plus fractionnée sur l’année donneraient des périodes de sécheresse bien marquées. Notre région de Haute-Provence, et plus généralement toute la zone méditerranéenne, s’accoutument depuis des générations d’un climat et de sols secs.

Des revues nationales incitent les propriétaires de jardins à espérer de vertes surfaces avec gazon et fleurs à foison. Les espaces fleuris de nos villages veulent rivaliser avec ceux de régions plus humides. Sans oublier les points de ventes de plantes qui proposent les mêmes gammes végétales du nord au sud de la France. Des habitudes erronées ont été prises, provoquant de nombreux échecs et déceptions, des gaspillages d’eau et d’engrais, la perte d’identité végétale et de plaisir à vivre son jardin.

Pourtant, résider en zone méditerranéenne malgré ses contraintes, nous offre le privilège de créer des jardins avec une diversité végétale unique. Il serait donc déjà possible de constituer un environnement autour de son habitation avec les végétaux indigènes et adaptés. Alors, le jardinier joue simplement son rôle d’accompagnateur et éventuellement de « metteur en scène ».

Le jardin sec de l’abbaye de Valsaintes :

L’expérience menée à l’abbaye de Valsaintes depuis 18 années nous a conduits à réaliser notre « jardin sec » sur un espace rocheux très hostile. Un premier temps a été consacré à l’observation et à la conservation des plantes poussant spontanément sur ce terrain aride. Puis un travail de recherche a été effectué pour aboutir à des “plantations témoins”.

Comme pour tout autre jardin, la conception d’un espace sans arrosage demande une étude préalable minutieuse, une préparation soignée du terrain, un choix rigoureux des végétaux et une méthodologie de plantation adaptée.

La réalisation d’un jardin sec s’inscrit dans une démarche durable. Les plantes utilisées ne présentent pas de besoins en eau, en engrais ou en pesticides. On a aussi le plaisir de posséder un jardin personnalisé au sein duquel les végétaux développent de nombreuses stratégies pour résister aux conditions extrêmes. Ces procédés se manifestent par le développement de feuillages parfumés, de formes et de textures de plantes très décoratives, de fascinantes floraisons.

Jean Yves Meignen

Retrouvez Jean Yves Meignen pour sa conférence à 11h00

Pour en savoir plus sur l'Abbaye de Valsaintes

mis à jour le mardi 31 mars 2015